Skip to main content

Saint Valentin 2014 : Joseph Dekenipp reçoit le Prix Nobel d’Amour

Vous n’avez jamais entendu jamais entendu parler du Prix Nobel d’Amour, c’est une bonne occasion alors puisque vous découvrirez le lauréat de cette année et ses prouesses.
Que celui qui n’est jamais tombé amoureux follement ne lise pas ce post, il est question d’amour, de Crazy Love qui nous fait perdre la tête surtout en ce période de la Saint Valentin ou il faut prouver, démontrer, certifier et confirmer ses sentiments profonds a sa Valentine. Fleurs, chocolats, nounours … les pièces justificatives pour reconquérir sa Valentine  ne manquent pas et chacun y va avec ses arguments.

 

Cependant que faire si votre tourterelle est loin, très loin de vous ? Bien sûr que distance sépare, mais le cœur unit. Hélas ! Ce n’est pas seulement la distance qui séparait Joseph Dekenipp de sa dulcinée, c’est aussi et surtout les barrières de la prison de Florence en Arizona(USA). Heureusement que Joseph n’est pas le genre d’amoureux qui recule devant les obstacles, fussent-ils les murs imposants de son lieu de détention.

Ce 14 Février, son plan était simple : se faufiler à travers les grilles de la prison et s’offrir un moment de bonheur avec sa Valentine dans un bar à l’ambiance romantique. Ce qu’il fit avec brio.  Joseph réussit effectivement à prendre le large et fausser compagnie à ses camarades de cellule et croisa des ados qui le déposèrent en voiture 15 km plus loin, là où devrait l’attendre son amoureuse.
Son escapade ne durera que trois (3) heures, la police qui était à ses trousses le rattrapa vite sans lui laisser le temps butiner sa douce fleur qui devrait se sentir la plus aimée au monde ce jour de Saint valentin.
joseph-andrew-dekenipp-story-topNotre amoureux kamikaze fit d’abord un escale à l’hôpital pour soigner ses blessures causées par l’étroitesse des barres de fer de la prison  lors de son évasion  et regagna par la suite sa cellule.

 

 

Lequel d’entre nous  peut oser s’évader de prison juste pour rencontrer sa Valentine un 14 février ?  Si Alfred avait pensé à un Prix Nobel d’Amour, vous conviendrez avec moi que Joseph Dekenipp le mériterait bien cette année.

 

Emile @péliké

Dennis Rodman en cure de désintoxication alcoolique dans un camp de redressement nord-coréen.

Dennis Rodman – Kim Jung Un (Getty Images)

Quand on parle de Dennis Rodman quelle image vous vient à la tête ? La superstar excentrique de la NBA qui a formé avec Scottie Pippen et un certain Michael Jordan le trio d’enfer ayant écrit les pages glorieuses des Chicago Bulls ? Ou bien l’ami personnel du Leader Suprême Kim Jung-Un qui promet le rapprochement entre les États-Unis et la Corée du Nord?

Pippen - Jordan - Rodman
Pippen – Jordan – Rodman (teambonding)

Combinez les deux et vous avez ce que ‘the Worm’(‘le ver’, surnom de Rodman) appelle la «diplomatie du Basket». Et comme tout bon basketteur, il faut savoir attaquer et défendre. Attaquer surtout quand le journaliste de CNN Chris Cuomo vous interroge sur la détention d’un compatriote américain, Kenneth Bae, condamné à 15 ans de camp de travail sous l’accusation d’avoir voulu renverser le régime.  Et si le journaliste persiste, on pète les plombs ! «Rien à foutre de ce que vous pouvez penser…Kenneth Bae a fait un truc. Si vous saviez ce que Kenneth Bae a fait…Vous savez ce qu’il a fait dans ce pays? Pourquoi il est détenu dans ce pays? J’adorerais en parler», a vociféré Dennis Rodman sans s’étendre.

Ceci ne doit pas nous faire oublier les talents cachés de Rodman comme cet a cappella pour célébrer l’anniversaire de Kim Jung-Un (il a quel âge déjà ?).  Appréciez vous-même le clip ici. Ca mérite un Grammy Award non?


A propos que serait une bonne  diplomatie sans un dîner de gala, sans porter un toast en l’honneur des relations cordiales et amicales? Heureux les invités à la table du Leader Suprême !

Kim-Jong-Un-Rodman (Reuters)
Kim-Jong-Un-Rodman (Reuters)

Seulement voilà, «le Ver» aime les verres. Un peu trop. Beaucoup trop. Resultat : « Il avait atteint un niveau d’intoxication à l’alcool qu’aucun d’entre nous n’avions vu jusque-là. Quand il est rentré [de Corée du Nord], on a discuté et je lui ai dit que j’étais inquiet pour lui », a expliqué samedi son agent Darren Prince à CNN.  

Pour la petite histoire , l’an dernier, Rodman a commercialisé une vodka, «Dennis Rodman – The Original Bad Ass Premium Vodka». Reste à savoir si la vodka est vraiment originale ou si c’est du made in China. Là  n’est pas notre préoccupation, nous pensons plutôt à son rétablissement  Mais dans quel centre spécialisé se passe cette cure de désintoxication alcoolique ? L’agent de la Star a voulu garder l’endroit secret ; néanmoins grâce à Edward Snowden, nous avons pu établir à partir de sources sures-non confirmées- que ce serait bel et bien en Corée du Nord.
Preuve de la magnanimité de Kim Jung-Un (élu l’homme le plus sexy de l’année 2012), il a mis gracieusement à la disposition du basketteur les centres de redressement que regorge son pays.  Rodman avait le choix entre Yodok, Kaechon ou Chongjin. Malheureusement la NSA n’a pu déterminer avec exactitude la préférence de l’ex star des Chicago Bulls.  Kim Jung-Un n’est quand pas Merkel
pour que les services d’espionnage américains lise ses textos.
Gulag, Kwanliso, centre de rétention ou camp de concentration, appelez-les comme bon vous semble, mais si réellement ces centres de «rééducation» nord-coréens  pouvaient offrir leur service à Dennis Rodman, les fans des Chicago Bulls qui assistent -impuissants- à la décomposition d’un des meilleurs rebondeurs en NBA   leur  sauraient gré.  Il ne nous manquera pas.

D’ailleurs Rodman ne clame-t-il pas que Kim Jung-Un est son ami personnel, son pote ? Rien de plus normal que de se rendre service entre amis. Alors de quoi je me mêle ?

 

Emile @péliké  

Etats-Unis : un journaliste veut que Barack Obama (aussi) trompe Michelle.

obama jaloux

Les escapades nocturnes du président français  n’ont pas fini d’alimenter les débats, même jusqu’en Amérique. L’affaire Hollande-Gayet donne visiblement des idées, pas seulement  aux humoristes et caricaturistes mais également aux commentateurs comme Rush Limbaugh. Un animateur de radio et éditorialiste politique américain, connu pour ses positions conservatrices.

 Il ne passe pas par quatre chemins, il souhaite simplement que le président  américain Barack Obama tente une aventure extraconjugale, qu’il goutte à un fruit (de)fendu autre que celui de sa sublime Michelle.

“Why can’t we have scandals like that anymore?’ Limbaugh asked. “Why can’t we have Obama running around on Michelle or something?” “Look, it’s just wishful thinking,” he explained. “Wouldn’t that be a much better scandal than Christie and bridge lane closures, for crying out loud?” (« Pourquoi ne pouvons-nous plus avoir des scandales comme celui-là ? se demande Limbaugh. « Pourquoi Obama ne peut pas voir  ailleurs que Michelle ?  » Ecoutez, c’est un vœu pieux », a-t-il expliqué.  » Ce ne serait pas un scandale beaucoup mieux que celui de Chris Christie et le bridgegate, bon sang? »)

Cet humour noir illustre plutôt bien la considération que les Américains accordent aux valeurs morales de leurs élus particulièrement le locataire de la Maison Blanche.

L’affaire Hollande-Gayet que la presse française traite comme un fait divers aux yeux des Américains (François Hollande ‘ose’ parler «d’indignation totale» et Julie Gayet porte plainte pour atteinte à sa vie privée), ce scandale serait aux Etats-Unis un coup fatal à la crédibilité du chef de l’Etat et entraînerait d’office sa chute, la fin de sa carrière politique.  Exactement ce que le journaliste ultraconservateur et admiré  des extrémistes du Tea party souhaite à Barack Obama.

Bill Clinton en sait quelque chose.

Pas sûr  que Michelle Obama qui célèbre ce 17 janvier ces 50 ans (dont 22 ans de mariage solide avec Barack) apprécie les conseils de Rush Limbaughà son mari.

Rush Limbaugh

Le commentateur s’étonne en fin que François Hollande qui ne s’est jamais marié, a eu 4 ans d’une copine (Ségolène Royale), l’a délaissée au profit d’une autre (Valérie Trierweiler) et pire trompe cette dernière avec une troisième (Julie Gayet), qu’un type de mœurs légères comme lui soit élu président. Pas au pays de l’Oncle Sam en tout cas.


  Emile  @p
éliké

Basketball-NBA: Premier round d’observation entre le Roi auto-proclamé et le Prince-Héritier légitime de Michael Jordan.

CT bulls-heat19.JPG
LeBron James vs Derrick Rose (Chicago Tribune)

C’était le match tant attendu des cotes de la Floride aux bords du lac Michigan par des supporters surexcités qui pour rien au monde ne pouvaient manquer une seule seconde cette rencontre d’explication entre les Chicago Bulls et les Miami Heat.

 

Ce duel en ouverture de la Conférence-Est de la saison 2013-2014 avait l’allure d’un  Clásico  Barca vs Real en première journée de Liga. Et pour cause, il y  avait sur le terrain  deux(2) joueurs particuliers, 2 MVP (Most Valuable Player, l’équivalent Ballon d’Or en Basket), 2 génies qui ne s’aiment pas: LeBron James et Derrick Rose. Ça vous fait penser à Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ? L’enjeu était de taille particulièrement pour les Bulls parce que leur dernier match officiel  en NBA s’était soldé par une défaite synonyme d’élimination en demi final des play-offs face aux … Miami Heat.  Il faut tout de même préciser que la saison passée une vilaine  blessure au genou gauche a mis D Rose hors d’état de nuire aux défenses adverses pendant un an, une saison entière. Ce qui explique peut-être le règne (éphémère ?)  des Heat. Le voici à présent de retour avec pour seule mission de confirmer qu’il est bel et bien «l’héritier légitime » du trône laissé  vacant par sa Majesté Michael Jordan et que tente d’usurper un certain LeBron  qui s’auto-proclamé   ‘King James’.

Huit(8) victoires en autant de matches au cours de la pré saison,  les Bulls avaient un argument solide à faire valoir devant les Heat, surtout avec un Derrick Rose totalement rétabli et au mieux de sa forme et ses prestations tout au long des rencontres préparatoires l’ont prouvé. « He is back !», ne cessent de marteler les commentateurs sportifs; même le président Barack Obama en personne s’est réjouit de son retour.  Il est effectivement de retour pour détrôner le King James. Et ce premier face-à-face entre les deux(2) superstars du Basketball alimentait les discussions sur les réseaux sociaux  par les férus du ballon orange. Tous les ingrédients étaient donc réunis  pour une belle rencontre riche en sensation.
Mais au finish la montagne a accouché d’une souris, le choc de titans entre LeBron James et Derrick Rose n’a pas eu lieu puisque les 2 joueurs ont livré une prestation plutôt moyenne (17 points pour James, 12 pour Rose). Les Miami Heat ont néanmoins remporté la partie (107-95) ; on retiendra surtout  la bonne performance individuelle  du bulldozer de Chicago, Carlos Boozer (31 points, 7 rebonds) et celle des joueurs de Floride dont sept (7) d’entre eux ont marqué plus de 10 points chacun.

rose james

Ce match était donc le premier round d’observation entre le Prince-Héritier de Chicago et le King auto-proclamé de Miami, il reste plus de 80 rencontre a discuter et le vrai dépositaire du trône ne sera connu qu’en mai 2014.

Emile @péliké

New York: La police arrête un jeune étudiant noir pour avoir acheté une ceinture de luxe

trayon christian
Trayon Christian (NY Daily News)

«Comment  toi un jeune noir peux-tu acheter une telle ceinture qui coute assez chère ? Ou as-tu trouvé l’argent ?» Tel était l’avant-gout d’une interrogation musclée  subie par Trayon Christian à la sortie d’un magasin Barneys à New York, avant d’être menotté, embarqué manu militari et conduit à un commissariat ou il sera détenu des heures durant.

 

Trayon Christian, jeune étudiant noir en Technologies de l’Information a décrit son arrestation au journal  New York Post   comme une totale humiliation qui a pour simple raison la couleur de sa peau. Selon son récit, il savait ce qu’il voulait acheter dans la boutique de luxe et par conséquent n’a pas trainé les pas. A la caisse, il remit  sa carte bancaire  pour payer  la ceinture  Salvatore  Ferragamo de 350 dollars et présenta sa carte d’identité pour  confirmer ses coordonnées et authentifier sa possession de la carte de débit.  Cependant le prix réveilla les suspicions de la caissière blanche pour qui il était impossible à un jeune noir de 19 ans d’acheter une ceinture de $350.

En effet Christian a un job à temps partiel sur son campus et on venait juste de virer son salaire dans son compte bancaire.  La Salvatore Ferragamo qu’il lorgnait depuis  allait enfin faufiler  à travers les ceinturons de ses pantalons. Insatisfaite de n’avoir relevé aucune irrégularité entre la carte bancaire et l’identité du jeune noir, la caissière lui emballa la marchandise mais décida d’alerter la police qui l’interpellera  quelques minutes après sa sortie du magasin. En dépit de toutes  les pièces justificatives  les policiers ne cessaient de lui demander  comment lui  un jeune noir peut-il acheter une telle ceinture qui coute assez chère, ou as-t-il trouvé l’argent. Soupçonné d’achat avec une carte bancaire frauduleuse, menotté et embarqué  pour un poste de police, Trayon Christian, quoi que troublé se sentait serein, sachant qu’il n’a commis aucun acte répréhensible.  Il sera par lui suite enfermé dans une cellule avant d’être libéré des heures après sans qu’aucune  charge ne soit retenue contre lui.

Le jeune noir a porté plainte contre le magasin Barneys et le New York Police Department (NYPD) pour délit de faciès et profilage raciale.  Le magasin a présenté de plates excuses sur facebook et promet toute la lumière sur cet incident mais la tension monte sur les réseaux sociaux pour contraindre le grand rappeur Jay-Z de de rompre tout lien avec l’entreprise Barneys, son business partner .

 

Apres la publication de la mésaventure de Trayon Christian par  une autre Noire du nom de  Kayla Philips affirme avoir subi le même profilage raciale en février dernier quand elle acheta un sac a main de $2.500.

Décidément chez Barneys, les Noirs ne sont pas les bienvenus.

Emile @péliké

 

 

Les brouteurs nigerians gèrent le site web d’Obamacare selon un Sénateur americain

ted cruzFini l’épisode du Shutdown(fermeture) du gouvernement, focus à présent sur la vraie nature de l’Obamacare, pomme de discorde entre le Sénat à majorité démocrate et la Chambre des Représentants contrôlée par les Républicains.

 

Trois(3) semaines après son lancement tambour battant, le site healthcare.gov , plate forme de l’Affordable Care Act plus connue sous l’appellation «Obamacare» expérimente toujours des dysfonctionnements sérieux. Ces «glitches» comme on le dit en anglais portent un coup dur à cette loi sur l’assurance santé sensée protégée les millions d’Américains qui en sont dépourvus.

Ce qui devrait être un « crash normal » du site dû à un débordement du nombre de visites le premier jour, ou tout au plus un bug informatique réglé en quelques heures s’apparente au fil des jours à un réel échec technologique de l’administration Obama. Une situation qui a obligé le président à monter au créneau pour calmer la frustration montante et confier le rôle de médecin urgentiste à Jeffrey Zients, un technocrate respecté à Washington DC.

Mais pour les opposants farouches, le dysfonctionnement du site n’est que l’arbre qui cache la forêt, l’Obamacare étant en soi un fiasco, un désastre qui sans nul doute ruinera l’Amérique dans les années, voire les mois à venir. Le Sénateur ultra-conservateur Ted Cruz, égérie des extrémistes du Tea Party et fer de lance du Shutdown met ces problèmes que rencontre le site à l’actif des brouteurs nigérians, ces arnaqueurs du net qui ont pignon sur rue aux États-Unis. « Vous avez remarqué ces temps-ci une baisse d’activité des arnaqueurs nigérians, déclara-t-il à ses supporters, eh bien sachez qu‘ils ont été recrutés pour gérer le site d’Obamacare« , ajouta-t-il sur un ton sarcastique.

Mais derrière cet humour noir, il y a une volonté manifeste de dissuader les Américains de visiter le site, pire de souscrire à l’assurance santé en les faisait croire indirectement que leurs informations personnelles(date de naissance, numéro de sécurité sociale, bulletin de paye etc) seront dans les mains des hackeurs mal intentionnés, ce que réfute catégoriquement l’administration Obama.

Les extrémistes du Tea Party n’ont visiblement pas de limites dans leur imagination pour torpiller une œuvre que les historiens citerons comme la marque de fabrique, la plus grande réalisation du premier président noir des États-Unis.

Emile @péliké

Mike Dikta: « La plus grande erreur de ma vie? Ne pas avoir empêché Obama de devenir président ».

Cincinnati Bengals v Chicago Bears
  Mike Dikta ( credit photo PRWEB)

Cet homme pouvait-il briser le rêve suprême de Barack Obama et éviter à l’Amérique  d’envoyer le premier président noir à la Maison Blanche?  Il le croit dur comme fer.

Son nom ne vous dit probablement rien sauf si vous  êtes un mordu du football américain, particulièrement des Chicago Bears. Mike Dikta est par contre une célébrité dans l’Illinois pour avoir écrit l’une des pages glorieuses du sport de la Windy City.  Cet ex-entraineur  des Bears avec lesquels il a remporté le Super Bowl en  1986 jouissait d’une popularité enviable par n’importe quel politicien.

 

Nous sommes en 2004, Peter Gosselin Fitzgerald annonce sa retraite politique du Senat américain, le siège de l’Illinois qu’il laisse vacant a Washington est convoité par les politiciens de tous bords dont un certain Barack Obama et … notre cher Mike Dikta en mal de sensations. Seulement voilà, entre le sport et la politique il y a un fossé  que ne franchit pas le premier venu.  Si le diplômé de Harvard et sénateur à Springfield (capitale de l’Etat d’Illinois) à l’époque n’a pas hésité à se lancer dans la bataille, l’entraineur de football quant à lui n’aura pas le gabarit pour descendre dans l’arène, attitude qu’il regrette amèrement aujourd’hui.  Selon ses propres convictions, s’il s’était présenté il allait battre Obama et torpiller ses ambitions politiques grandissantes.  Bon, avec des si on mettrait Paris en bouteille. D’ailleurs un sondage réalisé par SurveyUSA donnait Dikta  perdant avec 7 points, ceci bien avant le discours mémorable de Barack Obama a la Convention démocrate de 2004, discours qui allait lancer sa carrière et le propulser sur l’échiquier national.  Plus rien ne l’arrêtera, ni la puissante machine politique des Clinton, encore moins le  vétéran du Viêt Nam John McCain.  Quatre (4) ans plus tard le jeune sénateur inconnu du South Side Chicago écrira l’histoire des Etats-Unis en devant le premier président noir de la première puissance mondiale.   Une histoire que le community organizer des ghettos de Chicago décrira en 2008 apres sa victoire lors des caucus de l’Iowa en ces termes : “They said this day would never come. They said our sights were set too high. They said this country was too divided, too disillusioned to ever come together around a common purpose.But on this January night, at this defining moment in history, you have done what the cynics said we couldn’t do”.

En ce que concerne Mike Dikta qui se décrit comme “ultra-ultra-conservative”,  sachez qu’il a rendu en 2011 une visite de courtoisie à son «adversaire raté» devenu entre-temps Commandant en Chef  et lui a présenté un maillot dédicacé par l’ensemble de l’equipe championne du Super Bowl XX.
Au moins  l’amour pour les Bears est partagé entre les deux, comme tout Chicagoén d’ailleurs.

Obama et Dika a la Maison Blanche (Getty Images)

Emile @péliké

Maickel Melamed, ce héros du marathon de Chicago qui impressionne l’Amerique.

Maickel Melamed finissant le marathon de Chicago. Credit photo: NBC 5

Oubliez les Ethiopiens et les Kenyans, rois  des longues distances en athlétisme, l’édition 2013 du marathon de Chicago a un nom, plutôt un héros. Mais tenez-vous bien, ce «héros» a franchi la ligne d’arrivée en … 16heures et 46 minutes.

Il sonnait  1h30min ce lundi au Grand Park a Chicago, le marathon de la veille (dimanche 13 Octobre) appartenait désormais a l’histoire pour les 45.000 coureurs et les 1,5million de spectateurs qui qui ont réchauffés les nerfs en ce début d’automne. Sauf que  dans cette nuit noirs des cris de joie retentissent, un groupe de supporters qui se gonfle au fil du parcours exulte, «Bravo Maickel , Bravo !» scandent-ils.  Maikel Melamed venait de boucler les 42 km du marathon après un parcours du combattant,  un officier de police  était à la ligne d’arrivée pour lui décerner une médaille plus que méritée comme un militaire qui revenait de guerre, sous les projecteurs et cameras des grandes chaines de télévision américaine, le tout retransmis en direct sur internet.

L’histoire de Maickel Melamed est  particulièrement touchante. Souffrant  depuis sa naissance d’une dystrophie musculaire, ce vénézuélien de 36 ans a su transformer son handicap en source d’inspiration et de motivation. A peine parvient-il à tenir debout mais armé de détermination il tituba sans jamais tomber, avança pas à pas pendant 16heures 46 minutes pour finir le marathon de 42 kilomètres. Il a terminé bien sûr en dernière position, cependant il fait la une de l’actualité pour son bravoure a surmonter son handicap et a inspirer les autres. « If you dream it, make it happen. Your life is the most beautiful thing that can happen to you. So, make the best of it, »(battez-vous pour concrétiser vos rêves et tirez le meilleur de votre vie, une chose si précieuse) déclare-t-il aux journalistes et à la foule en liesse.

Sur près de 45.000 participants à ce marathon seuls 39,115 ont pu finir la course populaire.

Pour la petite histoire le Kenyan Dennis Kimetto a remporté la compétition en un temps record de  2:03:45 chez les hommes, sa compatriote Rita Jeptoo a dominé l’épreuve féminine un chrono de 2:19:57. Pour le moment on ne parle pas trop du record de Kimetto mais de l’exploit de Melamed, «un champion» qui vient de loin et qui vise desormais le marathon de Tokyo apres ceux  de Berlin, New York et Chicago.

Emile @pelike

Regardez la video de sa performance ici

Welcome to Chicago, ‘Miawoezon looo’

IMG_20130904_173859

Bienvenue à  Chicago,

Depuis les rives du lac Michigan, commentons les faits politiques, sportifs et socio-culturels de la Windy City(surnom de Chicago).  Ce blog se veut la vitrine de la vie à l’américaine  selon un homo togolus, un Togolais et ses togolaiseries.   Il se prénomme Aƒelike ( lire Apéliké , « maison fortifiée » en eʋe, langue du Sud Togo)   et  sera donc votre guide à travers les gratte-ciels, les parcs, les musées, les restaurants, les églises etc.

Life goes on.