Skip to main content

Les brouteurs nigerians gèrent le site web d’Obamacare selon un Sénateur americain

ted cruzFini l’épisode du Shutdown(fermeture) du gouvernement, focus à présent sur la vraie nature de l’Obamacare, pomme de discorde entre le Sénat à majorité démocrate et la Chambre des Représentants contrôlée par les Républicains.

 

Trois(3) semaines après son lancement tambour battant, le site healthcare.gov , plate forme de l’Affordable Care Act plus connue sous l’appellation «Obamacare» expérimente toujours des dysfonctionnements sérieux. Ces «glitches» comme on le dit en anglais portent un coup dur à cette loi sur l’assurance santé sensée protégée les millions d’Américains qui en sont dépourvus.

Ce qui devrait être un « crash normal » du site dû à un débordement du nombre de visites le premier jour, ou tout au plus un bug informatique réglé en quelques heures s’apparente au fil des jours à un réel échec technologique de l’administration Obama. Une situation qui a obligé le président à monter au créneau pour calmer la frustration montante et confier le rôle de médecin urgentiste à Jeffrey Zients, un technocrate respecté à Washington DC.

Mais pour les opposants farouches, le dysfonctionnement du site n’est que l’arbre qui cache la forêt, l’Obamacare étant en soi un fiasco, un désastre qui sans nul doute ruinera l’Amérique dans les années, voire les mois à venir. Le Sénateur ultra-conservateur Ted Cruz, égérie des extrémistes du Tea Party et fer de lance du Shutdown met ces problèmes que rencontre le site à l’actif des brouteurs nigérians, ces arnaqueurs du net qui ont pignon sur rue aux États-Unis. « Vous avez remarqué ces temps-ci une baisse d’activité des arnaqueurs nigérians, déclara-t-il à ses supporters, eh bien sachez qu‘ils ont été recrutés pour gérer le site d’Obamacare« , ajouta-t-il sur un ton sarcastique.

Mais derrière cet humour noir, il y a une volonté manifeste de dissuader les Américains de visiter le site, pire de souscrire à l’assurance santé en les faisait croire indirectement que leurs informations personnelles(date de naissance, numéro de sécurité sociale, bulletin de paye etc) seront dans les mains des hackeurs mal intentionnés, ce que réfute catégoriquement l’administration Obama.

Les extrémistes du Tea Party n’ont visiblement pas de limites dans leur imagination pour torpiller une œuvre que les historiens citerons comme la marque de fabrique, la plus grande réalisation du premier président noir des États-Unis.

Emile @péliké

Bill Emile Davolk

Bill Emile Davolk

Life goes on...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.